elodie cabrera - kinésiologie - developpement personnel - avoir confiance en soi - renouer avec son corps - kinesiologue - sante par le toucher - touch for health - bien etre - mieux etre - emotion - stress - anxiete - addiction - peur - phobie - obcession - force des mots - pensee positive - corps- esprit - Quand L'esprit Guérit Le Corps - hypersenbilite - intelligence emotionnelle - access bars - access consciousness - lacher prise - réussite - aisance - abondance - aller mieux - developpement personne - intelligence emotionnelle - fleurs de bach - brain gym - gestion des emotions - gestion du stress

La kinésiologie éducative, faciliter l’apprentissage scolaire…

Le Brain Gym, ou la kinésiologie éducative

La Kinésiologie Éducative a été développée depuis une vingtaine d’année aux U.S.A entre autres par le docteur Dennison et son cursus de Brain Gym. Elle a déjà été utilisée avec succès dans des milliers de cas considérés comme rebelle ou difficile, et réhabilité chez de nombreux enfants ou adultes le plaisir d’apprendre et de réintégrer une vie normale.

Ses objectifs visent entre autres à réaliser une meilleure intégration des hémisphères droit et gauche du cerveau, une meilleure interaction cerveau-oeil, cerveau-oreille, cerveau-main, cerveau-corps.

De subtils déséquilibres existent chez la plupart d’entre nous et sont à l’origine de nombreuses difficultés d’apprentissage, du sportif cherchant à améliorer ses performances au jeune enfant en difficulté scolaire. Ces mêmes déséquilibres vont faire obstacle à un traitement correct de l’information par le cerveau : cela peut se traduire par des troubles oculomoteurs, des difficultés à lire, écrire, écouter, établir de nouvelles structures conceptuelles ou encore par des troubles posturaux, douleurs vertébrales, migraines, maladresses répétées, perturbation de l’équilibre, stress émotionnels entraînant des troubles multiples et variés. La détection de ces troubles se fait à partir des tests musculaires de la Kinésiologie utilisés comme système de bio-feed back corporel, la correction de ceux-ci se font par des exercices simples et souvent amusants.

La Kinésiologie Éducative étant basée sur le bon passage des informations dans les différentes dimensions du cerveau, il est nécessaire de comprendre un minimum de chose à propos de celui-ci pour se faire une idée du fonctionnement.

Les deux hémisphères du cerveau

Le cerveau humain se développe à partir d’un feuillet embryologique appelé l’ectoderme. Il est divisé en deux hémisphères : le gauche et le droit, reliés entre eux par un faisceau constitué de millions de fibres appelés corps calleux.

L’œil, l’oreille et le coté gauche du corps sont en grande partie reliés à l’hémisphère droit alors que l’œil, l’oreille et le coté droit du corps sont en grande partie reliés à l’hémisphère gauche. Nous savons aujourd’hui que des détériorations de l’hémisphère gauche gênent le fonctionnement de la parole, du langage, de la mémoire verbale, des mathématiques et du sens temporel, et qu’un hémisphère droit lésé a des difficultés à résoudre des exercices de labyrinthes visuels ou tactiles, à percevoir la profondeur, le mouvement et l’organisation visio-spatiale. Il aura donc tendance à se cantonner dans des schémas généraux diffus.

La classification qui va suivre, faite par Roger Sperry, prix Nobel de médecine pour ses études sur les personnes dont le corps calleux a été sectionné, révèle qu’après commissurectomie ces personnes se présentent comme deux esprits, deux sphères de conscience séparées.

Le mouvement et son influence sur le cerveau

C’est dans la petite enfance que nous développons notre façon de bouger (entre 6 mois et 1 an) à travers le ramper ce qu’on appelle un mouvement « bilatéral ». Plus tard, à l’âge adulte, nous marchons en « cross crawl » : cela veut dire que, quand nous marchons, nous utilisons en même temps le bras gauche et la jambe droite et vice-versa. Par cette façon de se déplacer, les 2 hémisphères sont activés en même temps.

Sur le plan moteur, nous savons que l’hémisphère cérébral droit s’occupe des activités du coté gauche du corps et inversement pour l’hémisphère gauche. En général, cette façon de se mouvoir bilatérale est un processus automatique, pour lequel penser n’est pas nécessaire.

Le « cross crawl » est développé durant la phase pendant laquelle un jeune enfant rampe. Si cette phase (le ramping) n’est pas vécue de façon suffisante, l’enfant court le risque que l’automatisation de ce mouvement ne se fasse pas. Il ne pourra alors pas se mouvoir en activité motrices bilatérales sans penser à ce qu’il fait. Et cela peut s’exprimer par exemple par une manière relativement rigide et maladroite de se mouvoir. Si le mouvement ne se fait pas de manière automatique et fluide, le fonctionnement intégré des 2 hémisphères se fera avec difficultés. Une personne qui se développe de façon homo latérale aura donc des difficultés dans toutes ses activités car une vue d’ensemble lui fait défaut. Elle souffrira plus facilement de peur et de manque de confiance et se conduira de façon spasmée et se tenir sur ses jambes risque de lui demander des efforts constants.
La personne qui a développé et intégré un mouvement bilatéral se conduit de façon souple, libre et intégrée : en bougeant, elle peut mobiliser ses 2 hémisphères. La phase « du ramper » est malheureusement très souvent raccourcie à cause de l’enthousiasme des parents à voir leur enfant marcher le plus tôt possible. Certaines circonstances fonctionnelles font parfois obstacle « au ramper » : peu de place dans la maison, enfant enfermé dans un parc, sol trop dur, danger… Ceci peut donc avoir des conséquences néfastes pour le développement harmonieux de l’enfant.

La personne « intégrée »

Cette personne s’oriente vers un fonctionnement en tant qu’unité physique, mentale et émotionnelle. Le premier pas sur ce chemin est d’être capable d’utiliser les 2 hémisphères cérébraux en même temps. La personne intégrée est donc capable de traiter une information donnée avec ses 2 hémisphères utilisés simultanément.

Elle peut en même temps bouger et penser, elle peut parler et en même temps écouter ce qu’elle dit, elle peut écrire et en même temps lire ce qu’elle écrit. Elle peut s’investir avec tout son être dans une tache donnée. La personne intégrée vit de choses et de pensées neuves, spontanées et créatives. Même les tâches les plus simples sont agréables et deviennent l’expression créative de soi. Pour arriver à cela, il est nécessaire que nous sachions guider nos 2 yeux, 2 mains et 2 pieds et ainsi d’avoir accès à nos 2 hémisphères cérébraux pensant et agissant en même temps.

La personne « homolatérale »

La personne homolatérale devient confuse lors d’activités bilatérales. Marcher, nager, courir…, tout demande un contrôle conscient au lieu d’être automatique. Elle est contrainte d’éliminer son cerveau créatif lors de ces activités et au lieu de se détendre au moyen de celles-ci, elle s’épuise, se stresse et devient confuse. Au lieu de ressentir du plaisir, elle est bloquée dans un effort d’auto-contrôle permanent et ne peut se détendre.
Toute personne homolatérale a un problème de coordination plus ou moins important selon sa possibilité de fonctionnement bilatéral dans les différentes situations de la vie. Que cela vienne de ses oreilles, de ses yeux ou de tout son corps, elle ne semble pas capable d’activer ses 2 hémisphères simultanément via le corps calleux.

La personne homolatérale fonctionne surtout avec son cerveau postérieur, là où sont traités les stimulis venant de l’extérieur, où les réactions motrices à ces stimulis sont mises en route, et là où analyse et stockage des expériences trouvent leur place. La personne homolatérale peut très bien apprendre par cœur et répéter, elle montre un comportement conditionné mais elle reste en dehors de ce sentiment agréable que l’on ressent lorsqu’on maîtrise vraiment quelque chose.

Le schéma « dominant » ou « croisé »

En général, le schéma dominant « normal » est celui de la dominance cérébrale gauche où la personne utilise sa main et son pied droit dans un mouvement coordonné. De plus, l’œil droit est souvent l’œil dominant, « œil directeur » ; il en est de même pour l’oreille droite. La fonction créative est localisée dans l’hémisphère droit et la fonction analytique dans l’hémisphère gauche. Cette personne est considérée dans notre culture comme « la personne idéale ». Son schéma est harmonieux, et offre de bonnes conditions pour un fonctionnement équilibré.

Cependant, de nombreuses générations d’enfants sont devenus droitiers sous la contrainte avec toutes les conséquences importantes que cela peut entraîner. D’ailleurs, être droitier est pour beaucoup une nécessité car l’ensemble de la société est souvent organisée en fonction des droitiers.
Imaginons par exemple qu’un gaucher « contrarié » ait vu sa main dominante passer à droite alors que son œil directeur restait à gauche, ceci peut provoquer confusions et désorganisation si la transmission inter hémisphérique se fait mal car la main active un hémisphère différent de celui activé par l’œil ; un tel schéma dit « croisé » peut poser des problèmes auquel la kinésiologie éducative essaye de répondre. Rappelons-nous que si nous pouvons utiliser nos deux mains, deux yeux, deux oreilles, deux pieds sans efforts, nous pourrons utiliser un plus large éventail de nos capacités cérébrales.

Conclusion

La Kinésiologie Éducative nous guide grâce aux tests musculaires à réaliser des équilibrages qui vont aider « l’apprenant » à faire le voyage du point où il est jusqu’au point où il est capable d’aller. A aucun moment ne sont préconisés des solutions toutes faites pour tel ou tel problème. Chaque séance vise l’intégration de compétences dans les domaines physiologiques, physiques et émotionnels, ceci afin de mieux utiliser nos potentiels.

Source : www.astmkinesio.com

Contact

Elodie Cabrera 06 88 33 14 74
Sur RDV au cabinet, à Nice.

error: Content is protected !!