elodie cabrera - kinésiologue certifiee - kinesiologue professionnelle - kinesiologue nice - kinesiologie nice - sante par le toucher - touch for health - niromathe - niromathe nice - access bars - access bars nice - fleurs de bach - therapie cranio sacree - brain gym - gestion des emotions - gestion du stress - developpement personnel - stress - lacher prise - prendre soin de soi - pose des mots sur tes maux

Comment choisir son kinésiologue ?

Vous avez entendu parler de la kinésiologie ? Vous avez envie de faire une séance mais ne savez pas comment faire pour trouver un praticien « fiable » ? Voici quelques éléments de réponses…

Votre kinésiologue doit être certifié

Devenir kinésiologue ne s’improvise pas : aussi, vérifier que votre praticien soit certifié ! La certification s’obtient après validation à minima de 600 heures de formation dans une école spécialisée.

Fédération Française de Kinésiologie

Les écoles affiliées à la Fédération Française de Kinésiologie dont je suis à ce jour Membre du Conseil d’Administration délivrent la certification après :

– une évaluation écrite basée sur l’ensemble des connaissances
– la soutenance d’un mémoire devant jury
– un examen pratique réalisé devant jury

A l’issue de sa formation, certification en poche, un kinésiologue peut alors ouvrir son cabinet tout en choisissant de continuer à se former puisque de nombreuses spécialités post-certifications existent.

Praticien en santé par le toucher, kinésiologue : quelle différence

Pour devenir kinésiologue, il faut commencer son parcours en décrochant une première certification en qualité de « praticien en Santé par le Toucher », une discipline connue dans sa forme anglophone sous l’appellation « Touch for Health ». A l’issue de cette formation professionnalisante, il est possible de s’installer et de commencer à travailler en qualité de praticien en Santé par le Toucher.
Attention cependant car certain(e)s s’installent directement au sortir de cette étape en tant que « kinésiologues » ! Ouvrez l’œil.

Tous les kinésiologues ont-ils les mêmes compétences ?

La kinésiologie se caractérise par la capacité du praticien à interroger le corps du consultant pour avoir des indications sur l’origine de ses blocages et sur la meilleure pratique à mettre en œuvre compte-tenu des connaissances du testeur.

Si les écoles affiliées à la FFK (Fédération Française de Kinésiologie) proposeront dès septembre 2019 un linéaire pédagogique commun, chaque praticien développe ensuite sa façon personnelle de travailler avec les différentes protocoles en sa possession.
Son travail reflètera notamment les intérêts et les points forts de sa personnalité, et permettront de respecter la grande diversité des possibilités offertes par la kinésiologie.

Kinésiologie : reiki, magnétisme, voyance…

Un kinésiologue n’est pas un énergéticien. Si certains kinésios mélangent à leur pratique d’autres techniques comme le reiki, le magnétisme et/ou la voyance, libre à vous d’y aller ou non selon vos croyances et avis sur le sujet…

Mais alors : comment choisir son kinésiologue

Je vous conseille en tout premier lieu d’appeler la personne avec qui vous souhaitez faire votre séance. C’est encore la meilleure façon de voir si le « courant passe », d’analyser sa capacité à présenter sa profession, de répondre clairement à vos questions, de vous préciser s’il est certifié ou non…
En cas de doute, vous pouvez également vous rapprocher de la Fédération Française de Kinésiologie (email : contact@federation-kinesiologie.fr) qui répondra avec plaisir à vos éventuelles questions.

Questions fréquentes…

La kinésiologie s’adresse à qui ?
Du bébé à l’enfant en passant par les ados, les adultes, les femmes enceintes, les personnes âgées, les personnes en situation de handicap…  la kinésiologie s’adresse à tous.

Quel est le tarif ?
Le coût d’une séance peut varier, généralement de 50 € à 75 €. Chaque praticien est libre de fixer lui-même ses honoraires ; un tarif à la hausse ne signifie pas forcément que le praticien est meilleur…

Durée d’une séance
La durée d’une séance peut également varier : tout dépend du praticien, de sa manière de travailler et du nombre d’équilibrations que votre corps va demander !

Dois-je venir toutes les semaines ?
Non ! Il est même conseillé de laisser à minima 28 jours entre 2 séances en kinésiologie. Pourquoi ?
Prenons l’exemple suivant : votre corps est un peu à l’image d’un ordinateur qui, suite à une séance en kinésiologie, doit mettre à jour ses programmes. Il doit donc traiter les nouvelles informations. Qu’avez-vous à faire durant cette période ? Rien ! Absolument rien. C’est un processus automatique. Reposez-vous. Hydratez-vous. Après une séance en kinésiologie, votre corps et vos cellules vont en effet avoir besoin d’énergie pour traiter les informations abordées durant votre séance et mettre « vos programmes à jour ». Laissez passer à minima un cycle lunaire entre 2 séances avant d’aller dans un autre exercice de libération est vivement conseillé car à chaque fois que vous faite un travail sur vous-même, votre corps a besoin d’un temps d’intégration. Or, si vous envoyer des nouvelles informations alors que votre corps n’a pas fini de traiter les anciennes, il va se mettre à traiter les nouvelles informations et les anciennes vont être oubliées sans qu’elles aient pu âtre archivées. Et si elles ne sont pas intégrées, il va tôt ou tard falloir retravailler dessus…
Dans le travail sur soi, mieux vaut avancer une marche après l’autre. Toujours travailler n’est pas efficace : c’est même épuisant et ce n’est pas la bonne manière de faire. Donnez vous du temps pour comprendre votre séance, et la digérer !

Mon praticien est certifié mais il/elle n’apparaît pas sur le site du Syndicat National des Kinésiologues (SNK) : pourquoi ?
Un kinésiologue professionnel est libre d’adhérer ou non au Syndicat de sa profession. De plus, être référencé sur le site du SNK ne garantie pas la compétence du praticien.

Conclusion

Chaque séance en kinésiologie passe par le respect, le non-jugement, la bienveillance, la confidentialité et l’honnêteté de la part du kinésiologue. Elle s’inscrit dans une relation d’aide, d’échange et de partage : c’est pourquoi, il est important d’avoir un bon « feeling » avec celui ou celle avec qui vous ferez votre ou vos séances.

Notez enfin qu’un kinésiologue ne pose pas de diagnostic médical ; il n’a pas vocation à prescrire un traitement médicamenteux et il n’incite jamais à suspendre un traitement.

Je vous souhaite de belles séances !
Elodie Cabrera

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × deux =

error: Content is protected !!